Interview de Maxime Bunel, auteur du QCM BPJEPS LTP

BPJEPS LTPPeux tu te présenter ?

Je suis Maxime, animateur professionnel depuis maintenant 3 ans. Titulaire du BAFA et du BPJEPS Loisirs Tout Public, je m’investis dans le secteur de la jeunesse. Acteur social depuis 2012, après avoir été animateur en Accueil de Loisirs, en périscolaire, je suis actuellement assistant d’éducation dans un collège de l’agglomération d’Orléans. Après m’être investi plusieurs années au sein d’un centre social sur Fleury les Aubrais, je porte des projets avec des adolescents au sein de ce collège. L’intérêt est de rendre acteur le jeune auprès des différentes structures qui l’accueillent. Que ce soit des actions civiques, sociales, de loisirs, professionnel ou autres, le BPJEPS LTP permet de préparer l’animateur à encadrer et accompagner les jeunes dans leurs projets. Je pars également en séjour de vacances, autrement dit des colos, en tant que directeur pendant les vacances scolaires. L’éducation populaire est au centre de mes actions quotidiennes et professionnelles, en gardant en tête que l’on se forme tout au long de sa vie, et que la remise en question permet le progrès. Membre d’un collectif de citoyens debout sur Orléans, et bénévole avec les Maraudeurs du jeudi, j’agis pour les plus démunis.

A qui s’adresse l’application BPJEPS LTP ?

L’application BPJEPS LTP s’adresse à tous les acteurs sociaux, ou ceux en devenir. Que vous soyez en formation, salariés, l’application permet de se constituer des savoirs, d’approfondir, et de remettre en question ses acquis. Animateur en ALSH, en périscolaire, en séjour de vacances, en MJC ou centre social, cette application permet d’apprendre de manière ludique. Elle s’adresse à tout ceux souhaitant se former et devenir des animateurs professionnels, chargés de l’animation auprès d’enfants et de jeunes principalement. Au delà de ça, il permet de diriger des structures enfance-jeunesse, telle que des ALSH, ou des séjours de vacances. La formation est plus complète que le BAFD, tout simplement parce qu’elle s’étend sur au moins 12 mois.

Quelles sont les différences avec le BPJEPS APT (Activités physiques pour tous), le BAFA et le LTP (Loisirs Tous Publics) ?

Il ne faut cependant pas confondre le BPJEPS APT, le BAFA (Activité Physique pour Tous) avec le BPJEPS LTP. Ce premier s’adresse à tous ceux souhaitant devenir éducateur sportif, au sein d’association, de collectivité territoriale ou des structures de vacances. Il atteste de la possession de compétences professionnelles indispensable à l’exercice de l’animateur dans le champ des activités physique pour tous. Bien qu’il puisse être animateur, il est formé à encadrer des activités sportives auprès des jeunes. Il ne peut diriger une structure.
Contrairement au BAFA, le BPJEPS LTP permet de former aux fonctions de directeur grâce à son UC8. De plus, la formation n’est pas du tout la même. Ce premier permet aux jeunes de pratiquer un « job d’été », qui permet d’encadrer des enfants dans leurs loisirs pendant les vacances scolaires. Il s’agit d’un « Brevet d’aptitude », non d’un diplôme professionnel. Le BPJEPS LTP a pour objectif de faire de l’animation son métier. Titulaire du BPJEPS LTP, l’animateur va agir sur les secteurs concernés par son public, qu’ils soient politiques, sociaux, professionnels, tout étant lié finalement. La politique de la ville à laquelle est sensibilisé l’animateur BPJEPS LTP joue également un rôle essentiel. 

Où peut on passer ce diplôme et quel en est le coût moyen ?

Plusieurs structures et organismes proposent la formation BPJEPS LTP, en voici quelques exemples : Les CEMEA, les Francas, l’UFCV, Respire, Formasat, les CREPS, les IFAC, les IRSS. Pour en savoir plus, je vous conseil d’aller directement voir sur le site de la DRJSCS de votre région. 
Le prix de la formation se situe généralement entre 4600€ et 6900€. Cela diverge en fonction de votre statut (demandeur d’emploi, salarié etc.). En fonction de votre situation personnelle, vous avez la possibilité d’être placé sur une « place région », permettant ainsi de voir la totalité de votre formation prise en charge. Dans d’autres cas, l’employeur peut, en partie ou en totalité, la financer, mais cela est plus rare malheureusement. Des aides existent, notamment pour les 18-25 ans.
La durée de la formation varie en fonction de votre structure de formation. Certaines se font en 12 mois, d’autres en 18 mois. 

Pour terminer, l’intérêt portée à la vie locale de la structure est essentiel. S’informer permet d’informer, discuter et débattre. C’est ce qui constitue la base du métier, et ce qui en fait sa richesse, c’est tout simplement, faire de l’éduc pop. Du lien social se tisse au fur et à mesure du temps.

Aurais tu des livres de références pouvant améliorer le champ de compétences des étudiants ?

Je vous recommande certaines œuvres, certaines sont écrites par des acteurs sociaux de terrains
« Banlieues,  de l’émeute à l’espoir » de Yves bodard, éducateur de Rue à Orléans
« La guerre des banlieues n’aura pas lieu » de Abdal Malik
« L’éducation Populaire, une utopie d’avenir » de Franck Lepage
« Education Populaire et puissance d’agir » de Christian Morel
« Dix raison d’aimer (ou pas) l’éducation populaire » rédigé par de nombreux acteurs sociaux.

Maxime Bunel, citoyen debout
Un collectif réussira là où l’individu a échoué, la solidarité se trouve au sommet des points levés

Découvrez l’application de Maxime Bunel : BPJEPS LTP

1 réponse
  1. renaud
    renaud dit :

    Témoignage intéressant pour les futurs élèves en BP JEPS « LTP». Moi-même, je suis diplômé de cette spécialité. J’exerce ce métier depuis maintenant 10 ans. Je suis directeur ALSH depuis 5 ans à temps plein. J’ai également été informateur jeunesse durant mes missions d’animateur professionnel de niveau IV.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *